Les chaussures en or de Bata

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Un milliard d’euros : c’est la somme que les héritiers de la famille Bata réclament au ministère des Finances de Slovaquie. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les autorités tchécoslovaques n’ont pas appliqué au patrimoine de Jan Antonín Bata – demi-frère du fondateur de l’entreprise de chaussures Thomas Bata – les décrets Beneš (du nom du ­président de la Tchécoslovaquie de l’époque) prévoyant la compensation des biens familiaux nationalisés en 1945.

À l’époque, Jan Antonín Bata, qui ­dirigea les Chaussures Bata entre 1932 et 1945, était suspect de collaboration avec le ­régime nazi. C’est le président Beneš en personne qui, n’aimant pas les ­opinions de l’entrepreneur, serait ­intervenu auprès des alliés afin que son nom ne fût pas ­effacé de la liste noire.
En 1947, Jan Antonín, réfugié aux États-Unis, fut condamné par contumace à quinze années de réclusion pour « ne pas avoir ouvertement pris part à la ­résistance contre les ­nazis ». En 2007, la justice slovaque, mettant fin à des années de réclamations de ses descendants, le réhabilitait en grande pompe. Les héritiers n’attendaient que cela. Parallèlement à la procédure slovaque, une procédure judiciaire est engagée contre l’État tchèque pour une compensation de deux millions d’euros. Et l’avocat de la famille ­menace de saisir, si besoin, la Cour européenne des droits de ­l’homme à Strasbourg. « Et il n’y aura plus d’autre issue que de ­s’exécuter. »

Commentaires   

 
0 #3 Ola 26-05-2014 03:42
Les ϲҺaussuгes en or de Bata
Citer
 
 
0 #2 porównanie kont 26-05-2014 00:02
Les chaussures en or Ԁe Bata
Citer
 
 
0 #1 ranking kont 17-05-2014 05:38
ʟes chaussures en ߋr de Bɑta
Citer
 

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook