Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 326

Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 339
Électricité - Difficile transition pour les géants allemands

Électricité - Difficile transition pour les géants allemands

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

 

E

n 2013, RWE, le deuxième groupe énergétique allemand, a enregistré une perte nette de 2,8 milliards d’euros.

Précisons que, depuis la réunification, jamais le groupe n’avait été déficitaire. Au premier trimestre 2014, la tendance n’est pas meilleure, avec un revenu net en baisse de 35,5 %. Les prévisions de résultat ont été revues à la baisse, passant d’une fourchette de 7,6 à 8,1 milliards d’euros à une autre, située entre 6,4 et 6,8 milliards. Et le cours du titre a immédiatement chuté de 2,1 %.

Les actionnaires font grise mine et, à la direction, on s’agite. Seule consolation, si l’on peut dire, pour RWE : le grand concurrent Eon a, pour sa part, vu ses bénéfices fondre de 12 % au premier trimestre.

Un hiver très doux sur l’Europe explique en partie ces mauvais résultats. D’autant qu’il a fait diminuer la consommation de gaz, dont RWE est l’un des principaux distributeurs. Mais pour les dirigeants des deux groupes, aucun doute : les pertes actuelles résultent directement de la nouvelle politique énergétique allemande, qui tourne le dos au nucléaire et privilégie les énergies renouvelables. 

L’électricité d’origine solaire ou éolienne représenterait déjà un quart de la consommation des Allemands. Or cette énergie reste subventionnée, et donc moins chère pour les consommateurs. En un an, le kilowatt-heure serait passé de 42 à 33 euros en moyenne, réduisant d’autant les bénéfices des deux grands producteurs « conventionnels » (donc ne proposant pas d’électricité « verte ») que sont RWE et Eon. Les deux groupes appellent donc conjointement leur gouvernement à « redéfinir le marché électrique en Allemagne pour assurer les approvisionnements et éviter un impact négatif sur l’économie ». Et sur leurs bénéfices.

En 2012, l'optimisme était de mise :

 

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook