Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 326

Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 339
Générosité calculée

Générosité calculée

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Elon Musk a encore surpris tout le monde. Désormais, a annoncé mi-juin le milliardaire américain, les brevets déposés par sa société automobile Tesla seront mis à la disposition de ses concurrents qui désirent produire des véhicules électriques.


Reprenant un discours répandu dans la Silicon Valley, l’entrepreneur estime que les brevets ne servent « qu’à consolider les positions des grandes entreprises et à enrichir les juristes ». Une société innovante, dit-il, ne doit pas se reposer sur le passé mais « innover tellement vite que ses précédents brevets deviennent caducs ».

Chez les observateurs, on ricane déjà. Elon Musk est beaucoup trop malin pour abandonner ses brevets – et l’argent qu’ils rapportent – sans avoir une idée derrière la tête ! Le milliardaire ne le nie pas. Son idée, dit-il, c’est d’accélérer le développement de la voiture électrique, fût-ce au détriment de Tesla.
« Notre grand rival, assure-t-il, ce n’est pas le petit nombre de voitures électriques qui ne sont pas produites par Tesla. C’est plutôt l’énorme flot de voitures à essence sortant chaque jour des usines. » D’ailleurs, BMW et Nissan ont immédiatement affirmé leur intérêt pour l’annonce d’Elon Musk. On pourrait donc, dans un avenir proche, voir les trois constructeurs – qui représentent à eux seuls 80 % de la production mondiale de voitures électriques – opérer un rapprochement technique et adopter une norme commune de rechargement des batteries. Ce qui permettrait de standardiser les bornes et rendrait le rechargement un peu plus simple pour les conducteurs.

Mais Elon Musk a sans doute bien plus que cela en tête. Sitôt son annonce faite, certains actionnaires de Tesla ont protesté. Les brevets rapportent beaucoup d’argent à une société technologiquement innovante comme celle de Musk. En renonçant à les faire payer, elle va se priver d’une source de revenu. Les actions Tesla ne vont-elles pas en prendre un coup ? C’est mal connaître Elon Musk.

D’abord, il faut noter que les brevets de son groupe ne tombent pas dans le domaine public. Il s’engage simplement à ne pas poursuivre en justice ceux de ses concurrents qui décideront de les utiliser « de bonne foi ».
Qui jugera de cette « bonne foi » ? Mystère. Surtout, Elon Musk ne renonce à une source de revenu que pour en explorer une autre, plus prometteuse. Le problème des voitures électriques, outre leur autonomie, reste leur prix, directement lié à celui des batteries. Tesla communique depuis des mois sur la « giga-usine » qu’il compte construire avec Panasonic.
Le but est d’y produire toujours plus de cellules lithium-ion afin de faire baisser le prix des batteries. Mais la marge de manœuvre de Tesla est limitée, d’autant que les matières premières pèsent pour 70 % dans leur coût de fabrication.

En ouvrant ses brevets, Elon Musk fait le pari que d’autres adopteront ses standards technologiques, que les quantités produites augmenteront et que les prix chuteront donc de façon significative. En réalité, Elon Musk a besoin que ses concurrents utilisent ses brevets. Son offre est certes généreuse, mais sa générosité est extrêmement calculée.

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook