Les ouvriers de Pyongyang

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

C’est un reportage du quotidien britannique The Guardian, à l’automne 2013, qui avait révélé les effroyables conditions de travail « s’apparentant à de l’esclavage moderne » de milliers de Népalais employés sur les chantiers du Qatar, en vue de la Coupe du monde de football 2022.


Jusqu’à présent, les ouvriers du royaume himalayen constituaient
le plus gros contingent de travail leurs immigrés du pays. Mais aujourd’hui, les Qataris semblent avoir trouvé une nouvelle source de main-d’œuvre bon marché, corvéable à merci : la Corée du Nord. Près de 3 000 de ses ressortissants travailleraient ainsi sur quatre sites de la future ville de Lusail City, chantier pharaonique estimé à quelque 35 milliards d’euros. « Nos ouvriers sont particulièrement prisés des Qataris, explique à La Revue un diplomate nord-coréen souhaitant rester anonyme, parce qu’ils sont plus qualifiés que les Népalais et surtout plus travailleurs et disciplinés. » 

Si les Qataris se disent donc satisfaits, le régime de Pyongyang est de son côté enchanté, puisque les salaires de cette armée d’ouvriers atterrissent quasi intégralement dans ses caisses ! Le système est bien rodé : près de 65 000 expatriés nord-coréens travaillent ainsi en Sibérie, en Chine, en Mongolie, en Afrique et dans divers pays du Moyen-Orient.
Tous signent auprès d’une agence de recrutement un contrat standard de trois ans, au terme duquel ils retournent à Pyongyang, avant le plus souvent de rempiler pour trois nouvelles années. Car, à leurs  yeux la paye est bonne. Même s’ils ne touchent, une fois déduits les frais de transport, de nourriture et de logement, que 10 % de leur salaire, versé à leur famille restée au pays.

Rien de plus normal aux yeux des Nord-Coréens de Doha : « Nous sommes venus ici pour rapporter des devises à notre pays. » Insiste-t-on pour obtenir une critique – les conditions de travail ? les horaires ? la chaleur ? – la réponse est désarmante : « Ce serait bien de recevoir quelques rials d’argent de poche pour nos cigarettes... »

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook