Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 326

Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 339
Christique présidentielle

Christique présidentielle

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Cinq ans de hollandisme ont plongé la France dans une confusion des esprits dont les péripéties de cette rocambolesque campagne électorale sont la conséquence. Mais au-delà de cette confusion, il m’a semblé déceler autre chose, rien moins qu’un fantasme christique planant sur les candidats.

Comment ne pas y penser à la vue d’Emmanuel Macron à la fin d’un meeting, les bras en croix, les yeux fermés et un sourire extatique sur les lèvres semblant murmurer « Hosanna ! »  devant un public émerveillé par la naissance du divin enfant. Ce n’était plus un meeting mais la Parousie tant attendue.

Une autre fois, comme Jésus sur le mont Thabor prêchant : « Laissez venir à moi les petits enfants et les vieillards, les partisans du mariage gay et ceux qui y sont hostiles, les libéraux et les dirigistes, la droite et la gauche, tous communiant dans l’amour du divin enfant, alléluia ! » Comme le disait l’apôtre Paul, il n’y a plus désormais des Grecs et des Juifs, des Algériens et des Harkis, des hommes, des femmes, plus de culture française, ni allemande, ni italienne, etc. Il n’y a plus que des frères en Macronie. Comme Jésus, il comprend ses ouailles, il les aime, il le leur dit.

D’ailleurs Emmanuel est un joli mot hébreu qui signifie « Dieu est avec nous » C’est le nom qu’Isaïe donnait au Messie à venir. Il est là, il est parmi nous, alléluia, chantons sa gloire !

Un autre candidat est sous le coup de ce fantasme christique, mais sur un mode opposé. C’est François Fillon. Pour lui cette élection c’est la Passion du Christ, son chemin de croix. « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ! » Avec quelle ferveur l’a-t-on vu communier, devant les caméras, pendant son séjour à La Réunion ! Comment il avança sa foi chrétienne comme preuve de son honnêteté ! A l’En Marche sur les eaux de l’un répond la montée du Golgotha de l’autre. Qu’importe qu’il soit abandonné par ses apôtres au Jardin des oliviers. Il perçoit autour de lui le battement des ailes des Chérubins déguisés en peuple. Tant pis si demain il sera crucifié, trahi par ses fidèles apôtres. Il est convaincu de ressusciter d’entre les morts au troisième jour.

Cette ferveur christique, consciente ou inconsciente, on pourrait la déceler chez d’autres candidats, tous des Sauveurs. Les uns nous annoncent des lendemains messianiques qui chantent, notre Walkyrie nationale, flanquée de son Gilles de Rais, se rêve en Sainte Jeanne boutant les métèques hors de France, etc. Comment comprendre cette étrange fièvre généralisée ? C’est sans doute un effet du système présidentiel français qui rend fou tous les candidats au poste suprême.

Mais c’est aussi sans doute une réaction à la ferveur islamique qui occupe la toile de fond de cette élection à travers les thèmes de la sécurité et de l’immigration. Dans le chemin de croix de Fillon sous le drapeau de l’identité chrétienne, on devine cette affirmation que le christianisme n’est pas mort, qu’il peut lui aussi susciter des vocations de martyre. Fillon c’est Blandine entouré par les lions juges et les tigres journalistes. Macron, lui, est déjà à la main droite du Père.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook