Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 326

Warning: Unexpected character in input: '\' (ASCII=92) state=1 in /home/gtajeune/www/libraries/gantry/core/utilities/gantryregistry.class.php on line 339
Le soft power qatari agace l'Arabie saoudite

Le soft power qatari agace l'Arabie saoudite

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Coup de théâtre dans le monde habituellement plutôt feutré des pétromonarchies du Golfe, ce mardi 4 mars 2014 : l’Arabie saoudite, le Bahreïn et les Émirats arabes unis (EAU) prennent la décision commune de rappeler leur ambassadeur de Doha, la capitale du Qatar.

C’est suite à une réunion houleuse du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, EAU et Qatar) que la décision a été prise. Ce qui est reproché au petit émirat qatari ? Son soutien à des « actions qui sont de nature à menacer la sécurité et la stabilité des États membres », selon l’agence officielle saoudienne SPA. -Concrètement, c’est l’appui qatari au mouvement des Frères musulmans qui est dénoncé, surtout en Égypte, où l’Arabie saoudite finance le régime militaire à coups de milliards de dollars et de produits pétroliers. 

Mais ces divergences sont plus globales et profondes. Adepte du soft power, le Qatar considère que l’islamo-conservatisme des Frères musulmans correspond à une tendance de fond des populations arabes et qu’il s’agit de favoriser le mouvement afin de peser dans le Moyen-Orient de demain. 

Si l’hostilité du Royaume saoudien à l’égard des Frères musulmans n’est pas nouvelle – elle date du soutien de la confrérie à l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990 –, elle prend aujourd’hui une tournure définitive et un peu surprenante pour qui connaît leur proximité sur le plan de la conception de l’islam. Mais l’Arabie saoudite ne s’est jamais embarrassée de cohérence idéologique dans le choix de ses partenaires et alliés, et a toujours privilégié ses intérêts stratégiques directs aux sympathies religieuses qu’on pouvait lui prêter. 

La question des relations avec l’Iran pourrait bien devenir le prochain point d’achoppement entre le Qatar et ses voisins du Golfe. Le petit émirat entretient des relations cordiales avec la République islamique, et l’a même récemment invitée à s’associer aux négociations sur la Syrie, alors même que les deux pays s’opposent sur ce dossier. L’Iran – ennemi de toujours des Saoud – continue d’encourager la contestation chiite à Bahreïn pour en finir avec la minorité sunnite au pouvoir, soutenue à bout de bras par les Saoudiens.

Copyright photo : Al-Jazeera english

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook