Le Moyen-Orient à l’heure des changements d’alliances

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Après deux ans d’interruption de son aide financière, liée aux divergences sur la question syrienne, l’Iran a réaffirmé son soutien au Hamas début avril. Plus surprenant, c’est le Qatardont les liens avec l’organisation palestinienne datent de la visite de l’émir Hamad al-Thani dans la bande de Gaza, en octobre 2012qui a joué les intermédiaires.

«On s’attend à ce que le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal, se rende sous peu en Iran. En effet, les représentants du Jihad islamique de la Palestine, du Hezbollah, de l’Iran et du Qatar se sont rencontrés à plusieurs -reprises ces derniers mois et ont jeté les bases d’une reprise des liens de part et d’autre», explique Yossi Melman, journaliste au quotidien israélien Haaretz. 

Une rencontre aurait déjà eu lieu entre responsables du Hamas -sunnite et du Hezbollah chiite, au cours de laquelle ils étaient parvenus à un «accord de désaccord» sur la Syrie. La récente allocution du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, appelant les Arabes à se recentrer sur le combat contre Israël, s’inscrit clairement dans ce processus de rapprochement entre les deux organisations. 

Autre acteur de poids dans le jeu politique régional: l’égypte, dont le régime militaire est soutenu par la monarchie saoudienne, et qui a interdit au Hamas de mener des opérations sur son territoire le 4 mars 2014. L’organisation palestinienne est en effet une émanation des Frères -musulmans, qui a été déclarée «terroriste» par Le Caire en décembre.

Faudra-t-il bientôt cesser de -parler de la «politique des pays du Golfe»? Il ne fait aucun doute que les initiatives qataries ne sont pas vues d’un bon œil du côté de Riyad, et la récente crise diplomatique entre l’émirat et le royaume saoudien (voir La Revue n°41) signent une refonte des alliances au Moyen-Orient.

Ajouter un Commentaire


La Revue

Dossier du mois

La Revue sur FaceBook